• Demos Kratos

COMMENT VIVRE SANS DÉCHET ?

Mis à jour : 27 mai 2019

Le français moyen produit 350 kilos de déchets par an. Dans la théorie, tous ces déchets sont triés, mais en réalité c’est plus de 634 000 kg de détritus qui arrivent dans les océans chaque seconde ! Avec les courants marins, les détritus se regroupent et forme ce qu’on appelle le 7e continent. Pourquoi on appelle ça un continent ? Parce qu’il fait 6 fois la taille de la France et qu’il atteint des profondeurs de plus de 30 mètres. Et il n’y a pas qu’un seul continent de déchets dans les océans, il y en a 5 !


On a posé quelques question à Hélène, la fondatrice d’Edeni, qui nous a gentiment invités à un week-end zéro-déchet en pleine campagne pour nous apprendre à réduire notre impact environnemental.


Quels sont les premiers gestes qu’on peut faire pour réduire facilement et drastiquement nos déchets ? Et est-ce que ça a un réel impact ?

Pour savoir réduire ses déchets il faut les avoir comptabilisés, chez Edeni on aime bien la méthode du bocal dans lequel on va mettre nos déchets non recyclables et non compostables. Par exemple, à la place d’une bouteille en plastique, on peut utiliser une gourde. Sachant qu’en France, on est à peu près à 150 bouteilles d’eau plastique par habitant par an et qu’il faut 7 litres d’eau pour en produire une. Ensuite, on a les mouchoirs en tissus à laver plutôt que les mouchoirs jetables, les brosses à dent compostables ou celles dont on change uniquement la tête. Une brosse à dent de 50g, ça représente 1,3kg de déchets derrière.


On parle des 5 R dans le zéro-déchet :


- Refuser : tout ce qui est inutile (un papier qu’on va nous tendre dans la rue, une petite cup en carton, des goodies, un stylo quand on en a 50 chez nous)


- Réduire : donner ou vendre ce qu’on a en double chez soi.


- Réutiliser et Réparer : louer ou se faire prêter ce qu’on n’utilise pas toute l’année. Et augmenter la durée de vie de ses produits en les réparant ce qu’on a.


- Recycler : Le recyclage consomme énormément de ressources, c’est vraiment la solution en dernier recours à utiliser.


- Revendiquer : Avoir des conviction et ne pas les appliquer et ne pas les revendiquer, c’est comme ne pas en avoir. Si on a pris le temps de s’interroger, d'acquérir ces convictions réelles pour la planète, pour notre santé, pour l’écologie et pour notre éthique, et bien revendiquons-les.

Hélène, fondatrice d'Edeni

Mais pour que ces changements dans la société adviennent, il serait compliqué d'imposer une "dictature verte". D'un point de vue idéologie, ce n'est pas quelque chose qu'on pourrait souhaiter pour l'humanité. Tous les mouvements doivent être ensemble. Il y a des citoyens qui vont se sentir plus à l'aise à faire du lobby extrêmement puissant, avec des militantismes très actifs, et d'autres qui vont plutôt être dans la douceur, dans le développement personnel ou dans l'éducation. Je pense qu'il faut une convergence des causes, et non pas des luttes, il faut arrêter de penser qu'une cause est plus importante que l'autre. Que ce soit l'anti-racisme, le véganisme, le droit des femmes, il faut le fair en même temps. Sachant que l'écologie doit être à la base de tout parce qu'à partir du moment où on ne pourra plus respirer ni se nourrir, toutes les autres causes s'évanouiront et n'auront plus aucun sens parce qu'on ne pourra plus les défendre.


Nous n'avons pas à "prévoir" un avenir souhaitable, nous avons à le "permettre". Donc j'éspère que toutes et tous ensemble on le permettra.


Plus d'informations dans la vidéo :

SOURCES :

Études sur la quantité de déchets plastiques se retrouvant dans les océans :

https://science.sciencemag.org/content/347/6223/768


https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0111913


Notre chaîne YouTube

Nos réseaux sociaux

  • Gris Icône YouTube
  • Facebook
  • Instagram
  • Gris Twitter Icon