• Demos Kratos

LE BOYCOTT EST-IL EFFICACE ?

Mis à jour : 28 mai 2019

Nous sommes allés au bastion des consommateurs, au QG d’I-Boycott, c’est un site internet sur lequel n’importe-qui peut proposer des campagnes de boycott, c’est à dire arrêter d’acheter un produit d’une entreprise ou d’un pays parce qu’on n’est pas d’accord avec sa politique. Par exemple, vous arrêtez de boire du Coca-Cola, parce que ça sèche les réserves d’eau du Mexique, ou alors vous arrêtez de manger des oranges d’Israël parce que c’est produit sur des territoires Palestiniens occupés.


Durant ces campagnes de boycott, on peut aussi proposer d’acheter des alternatives, c’est ce qu’on appelle le buycott. On va acheter des produits plus respectueux de l’environnement, des travailleurs etc.

Levent nous invite dans les locaux d’I-Boycott. L’association a déjà réalisé des dizaines de campagnes de boycott et a lancé en septembre 2018 une application qui permet de scanner un produit, et de savoir si en plus d’avoir un impact sur la santé, il fait l’objet d’une campagne de boycott.


"Notre acte d'achat comme pouvoir était sous-utilisé, et la première grande victoire pour nous c'était d'avoir une réponse d'une multinationale. Et on l'a eue en moins de 24 heures quand H&M a répondu à la première campagne de boycott. Et on s'est rendu compte que les entreprises étaient intéressées par la question. Quand on envoie la réponse de ces entreprises au personnes directement, elle doivent juger les engagements et la réponse de l'entreprise. Ce n'est jamais assez, on est d'accord, dans le domaine économique, il y a tellement de choses à faire, mais c'est porteur d'espoir, et c'est à nous de le faire évoluer. On a lancé l'application, qui permet de savoir en scannant un produit, en plus de son impact sur la santé, s'il est mêlé à une campagne de boycott.

Dans le domaine de la consommation, dans tous les cas si une campagne continue, c’est toujours les consommateurs qui auront le dernier mot, et qui décideront ou pas de lever le boycott. On est sur le principe de la première loi de Newton qui dit : “un corps en mouvement reste en mouvement”. Un citoyen va se sensibiliser à ces questions au fur et à mesure, en se rendant compte que d’autres problématiques et d’autres engagements existent. En faisant un pas supplémentaire, puis un autre et va rentrer progressivement dans ce processus citoyen d’éveil.


Quand on voit la majorité des scandales et l'impact que ça a derrière au niveau écologique, ce sont principalement des grandes entreprises, il y a plein d'alternatives qui existent mais elles représentent des gouttes d'eau dans l'océan. Ce qui me gêne avec l'idée de "faire sa part de colibri", c'est qu'à la fin la forêt brûle parce qu'on ne s'attaque pas à ses pyromanes. Au début du projet, on a réfléchit à comment on pouvait agir face à ces dérives-là et "ramener de l'éthique". Parce qu'il n'y a pas de buycott sans boycott. Et l'association s'appelle maintenant i-buycott, pour rentrer par la porte positive, quand on explique la démarche tout le monde est pour. Et ensuite on explique ce qu'est le boycott."


Voir la vidéo :


Notre chaîne YouTube

Nos réseaux sociaux

  • Gris Icône YouTube
  • Facebook
  • Instagram
  • Gris Twitter Icon